• Annie Sullivan et Helen Keller

    Annie Sullivan et Helen KellerTitre français : Annie Sullivan et Helen Keller (2013)

    Titre original : Annie Sullivan and the trials of Helen Keller (2012)

    Scénariste : Joseph Lambert (Etats-Unis)

    Dessinateur : Joseph Lambert (Etats-Unis)

    Traducteur : Sidonie van Den Dries

    Langue : française

    Edition : Ça et là

    Résumé : Née en 1880 dans l’Alabama, la petite Helen Keller devient aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, suite à une maladie. Elle se trouve alors dans l’incapacité de communiquer avec son entourage, si ce n’est avec quelques gestes maladroits. Sa vie va être bouleversée l’année de ses six ans, quand ses parents engagent Annie Sullivan comme préceptrice. Elle-même malvoyante, celle-ci a appris à enseigner la langue des signes à l’Institut Perkins pour les aveugles. Elle va prendre en charge l’éducation d’Helen Keller, et, au fil des mois, réussir non seulement à établir un contact avec l’enfant, mais aussi à lui apprendre la langue des signes, puis l’écriture. Les deux femmes resteront amies à vie. Annie Sullivan et Helen Keller relate l’histoire de cette extraordinaire rencontre. Une véritable leçon d’humanité, magnifiquement dessinée par Joseph Lambert.

    Mon avis : 

    Une amie m'en a dit le plus grand bien, alors j'ai voulu voir par moi-même. Malheureusement, ça ne m'a guère enthousiasmée.

    Helen Keller est une petite fille devenue aveugle et sourde suite à une maladie à l'âge de 19 mois. Annie qui a également eu des problèmes de vue, va aider Helen a communiqué avec les autres.

    L'histoire aurait pu être intéressante, mais le fait qu'elle soit aveugle et sourde n'est pas clairement expliqué dans le livre, du coup certains passages restaient flous, je ne comprenais pas trop. En effet, j'aurais dû lire le résumé avant, mais quand même.

    Le fait que je n'ai pas pu pleinement apprécié provient sans nul doute du dessin, que je n'ai pas du tout aimé. Désolée pour le dessinateur, mais ça n'a suscité aucune émotion chez moi, qui suis pourtant sensible. Je me sentais pas à l'aise dans l'environnement créé par le dessin. Apparemment, c'est un comics et non une BD, ça doit jouer. J'ai également trouvé qu'il y avait trop d'écriture.

    La seule émotion que j'ai vraiment éprouvée pendant cette lecture, c'est à la fin, après l'intérrogatoire, la petite fille court dans un lieu qu'elle ne connait même pas, et elle ne trouve personne pendant un moment, ni ses parents, ni Annie. Seules les notes à la fin m'ont un minimum plu.

    En gros, une déception ! Malgré une histoire touchante basée sur des faits réels, l'adaptation ne m'a pas transportée.

     

    Lu dans le cadre du challenge # 29

    Note : 10/20

    Annie Sullivan et Helen Keller


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :