• La route au tabac

    La route au tabacTitre français : La route au tabac (19--)

    Titre original : Tobacco Road (1932)

    Auteur : Erskine Caldwell (Etats-Unis)

    Langue : anglaise

    Edition : Stellar

    Résumé : «Lov posait des questions à Pearl. Il lui donnait des coups de pied, il lui jetait de l'eau à la tête, il lui lançait des pierres et des bâtons, il lui faisait tout ce qu'il croyait susceptible de la faire parler. Elle pleurait beaucoup, surtout quand Lov lui avait fait sérieusement mal, mais Lov ne considérait pas cela comme une conversation. Il aurait voulu qu'elle lui demandât s'il avait mal aux reins, quand il irait se faire couper les cheveux, s'il croyait qu'il allait pleuvoir. Mais Pearl ne disait pas un mot.»

    Mon avis :

    J'ai dû lire ce roman pour un cours, et je n'ai pas du tout aimé, même si j'ai bien compris pourquoi ça correspondait parfaitement au thème du cours.

    Jeeter et Ada sont des fermiers pendant la grande dépression aux Etats-Unis. Ils n'ont plus de travail et donc pas d'argent. On les suit un moment pour voir ce qu'est leur vie ou plutôt leur survie et ce qu'ils font pour s'en sortir – ou pas.

    C'est malheureux à dire, mais les personnages m'ont surtout énervée, alors que vu leur conditions, j'aurais dû ressentir de la sympathie pour eux. Ca m'est arrivée par moments en fait, qu'ils me fassent de la peine, sauf que juste après ils se comportaient tellement mal, que c'était plus possible. Ils sont tous franchement bizarres, très égoïstes et naïfs, et puis faut voir comment les femmes sont traitées. Celle que j'ai le moins détestée reste Ellie may qui est la seule à avoir saisie la meilleure occasion qu'elle avait de s'en sortir.

    Quant au style, quelle horreur ! La moitié du roman, ce sont des dialogues. Comme les personnages n'ont reçu aucune éducation, ils parlent très mal et répètent toujours la même chose. Certains passages, je n'ai pas bien compris, surtout que c'était une lecture en anglais. Sans compter les fautes de frappes. Et puis, la phrase de conclusion. Sérieux, il y en a qui n'ont absolument rien compris. Le livre parfait pour déprimer (quoiqu'il ne détrône pas L'assommoir d'Emile Zola).

    Donc, je ne vous le conseille pas, à part si le contexte vous intéresse d'un point de vue historique.

     

    Note : 7/20


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :