• La Voleuse des toits

    La Voleuse des toitsTitre français : La Voleuse des toits (2019)

    Auteure : Laure Dargelos (France)

    Langue : française

    Edition : autoédition

    Résumé : Véritables piliers de la société, les règles écarlates ont prohibé toutes formes d’expression : l’art, la littérature et la musique n’existent plus. Chaque jour, la milice multiplie les exécutions pour asseoir l’autorité du régime. Demoiselle respectable le jour et voleuse la nuit, Éléonore Herrenstein s’élève contre l’ordre établi. Elle qui espère rejoindre la rébellion et renverser le gouvernement, la voilà brusquement fiancée à l’un des hommes les plus puissants du royaume. Qui est donc Élias d’Aubrey, cet être impénétrable qui semble viser le pouvoir absolu ? Et pour quelles sombres raisons sa famille dissimule-t-elle une mystérieuse toile, peinte un demi-siècle plus tôt ? Éléonore ignore encore que sa quête l’entraînera bien plus loin qu’elle ne l’imagine. Dans un voyage au-delà du possible…

     

    Mon avis :

    J'ai découvert ce roman depuis un moment, j'ai fini par me lancer pour le prix Livraddict qui était l'occasion parfaite. Que dire sinon que cette histoire m'a touchée en plein cœur !

    Eleonore est la fille d'un couple de nobles ; dans l'obscurité étoilée elle devient Plume, arpente les toits et côtoie les hors-la-loi. Son monde est régi par les règles écarlates, prohibant l'art, la musique et la littérature. Défier ces règles est passible de mort. Une nuit, tout bascule alors que Plume suit sa curiosité et refoule son instinct, qui la pousse à détourner le regard.

    Ce livre m'a tellement éblouie que j'ai du mal à engager cet avis. Comme à mon habitude, j'ai fait l'impasse sur le résumé, je ne savais donc pas exactement de quoi il serait question. J'ai fait confiance à la couverture et je me suis laissé porter par les pages. Au début, j'ignorais donc où cela me mènerait, je me suis concentrée sur les événements que je lisais sans penser à la fin. De toute façon, cela aurait été difficile alors que j'avais déjà du mal à imaginer le chapitre suivant.

    En effet, le personnage d'Elias est imprévisible et ses desseins sont troubles. J'ai eu beau me creuser les méninges, je n'arrivais pas à cerner ce jeune homme, héritier d'un seigneur écarlate. Sa rencontre hasardeuse avec Plume devient rapidement un jeu dangereux dont il est le seul à connaître la consigne et l'enjeu. Son adversaire tente de parer les coups du mieux qu'elle peut, mais le bougre la devance d'un pion à chaque coup. Plume jongle entre les bonnes apparences publiques et ses convictions personnelles quant à la société et au gouvernement en place. Elle tente de garder la tête hors de l'eau, mais manque d'être débordée. Le comportement trop enjoué d'Elias est suspect, et pourtant parfois il semble montrer son vrai visage. Ses instants de confusion me désarçonnaient, et sa confiance en soi était effrayante.

    Mais les masques finissent toujours par tomber, et la réalité m'a totalement prise au dépourvu. Ce fut pourtant également un grand moment d'émotion, ainsi que le second grand tournant de l'intrigue. Et parlons-en de cette intrigue ! Maîtrisée de A à Z, elle nous entraîne dans un tourbillon de péripéties haletantes, où planent secrets et non-dits. Alors qu'une étincelle de révolte s'allume dans les bas fonds, l'Omega fait tout pour l'éteindre avant embrasement. Dans leur périple et au fil du temps, ils croisent de nombreux personnages, annonciateurs de changements ou d'épisodes sanglants.

    L'épilogue est fabuleux comme si tout rentrait dans l'ordre. Pour ma part, il était très attendu et pourtant, l'autrice a réussi à faire encore mieux que le reste si c'est possible, tant sa description est pointilleuse. Au bout du compte, après avoir lu le dernier mot, me repassant l'intégralité du récit en accéléré, j'ai été époustouflée par l'ampleur de la tâche.

    Le récit est servi par une plume dynamique, qui pose les mots avec une facilité et une fluidité déconcertantes, m'entraînant dans cet univers magique et dangereux à la fois. L'écriture est très imagée et ce décor ne fait qu'embellir le récit. Elle sculpte également des personnages diversifiés, attachants ou détestés, parfois les deux simultanément.

    Si je devais faire un reproche à ce roman, ce serait son titre qui se contente d'identifier l'héroïne, même si je reconnais que c'est bien son penchant pour les toits qui a déclenché toute cette sublime histoire.

    Trépignant d'impatience et d'inquiétude, les pages se tournaient toutes seules au rythme effréné de l'histoire. J'ai vibré de toutes les émotions possible, mêmes quelques larmes m'ont échappé. L'ambiguïté de le relation des protagonistes m'a posé nombre de questions, mais plutôt que réfléchir, je continuais à lire, happée par leurs aventures palpitantes. N'attendez plus pour découvrir cette pépite !

     

    Lu dans le cadre du challenge # 121

    Note : 20/20

    La Voleuse des toits


  • Commentaires

    1
    Vendredi 8 Janvier à 20:47
    Audrey

    Cela a l'air d'être un sacré roman !

      • Vendredi 8 Janvier à 23:07

        Pour ma part, ç'a en effet été grandiose, je n'avais pas eu d'aussi belles lectures depuis des mois. Si tu as l'occasion un jour, je te le conseille.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :