• Les neiges de l'éternel

    Titre français : Les neiges de l'éternel (2015)

    Auteure : Claire Krust (France)

    Langue : française

    Edition : ActuSF

    Résumé : Dans un Japon féodal fantasmé, cinq personnages racontent à leur manière la déchéance d’une famille noble. Cinq récits brutaux qui voient éclore le désespoir d’une jeune fille, la folie d’un fantôme centenaire, les rêves d’une jolie courtisane, l’intrépidité d’un garçon inconscient et le désir de liberté d’un guérisseur.
    Le tout sous l’égide de l’hiver qui s’en revient encore.

     

     

    Mon avis :

    Les votes du prix Livraddict approchent et je me dépêche de lire les derniers romans que je peux emprunter. Celui-ci m'a attirée par sa couverture.

    La plume de l'auteure est vraiment très belle, je me suis laissée emporter dans l'ambiance de ce Japon historique, le récit avance à un rythme plutôt lent, marqué par l'hiver omniprésent qu'accompagne un froid glacial, pourtant j'étais scotchée au roman. Le récit se divise en cinq partie, avec un point de vue différent à chaque fois. Si le début a mis un peu de temps à m'accrocher, ensuite j'étais vraiment intriguée par le personnage d'Akira.

    On ne le rencontre pas tout de suite et après la description que sa sœur en fait, j'avais envie de le connaître mieux. Je n'ai pas été déçue, les parties 2 et 4 où il est présent directement sont sans nul doute les meilleures, et ce personnage est juste génial. Totalement différent de ce que je m'étais imaginée, mais tellement plus fort et plus profond, en constante évolution. En comparaison, les autres personnages ne semblent être que des instruments, des moyens et l'on découvre de quelle façon ils ont tenté de sauver cette famille, cependant ils n'en sont pas moins intéressants et parfois le lien entre leur histoire personnelle et la famille en question est très ténu, on ne comprend qu'au dernier moment. Mais c'est vrai que l'histoire tourne quand même autour de ce personnage énigmatique qu'est Akira et qui a réveillé en moi de nombreuses émotions : j'ai été triste pour lui, j'ai eu pitié, j'ai été en colère.

    Parfois, c'était vraiment dur de voir où l'auteure voulait nous emmener, on fait des sauts dans le temps, en avant et en arrière, mais ce n'est pas gênant, je trouve même que l'ordre est important et bien utilisé par l'écrivain. Le gros souci du roman, c'est qu'au bout du compte on se demande pourquoi elle narre cette histoire, qu'est-ce qu'elle nous apporte ? Et je n'ai pas de réponse, d'autant plus que la fin du livre ne correspond pas à la fin de l'histoire, qui elle-même n'est pas une vraie fin, au contraire, ça m'a paru n'être que le début. Alors peut-être qu'il y aura une suite, mais c'est dommage de s'arrêter en si bon chemin. J'aurais aussi apprécié en savoir plus sur Yuki.

    Le point central du livre – la chute d'une grande famille japonaise - nous laisse un sentiment de nostalgie, tout le monde part et nous, on reste coincés là-bas, on a comme l'impression d'être abandonné et que notre monde s'est écroulé.

    Dans l'ensemble, j'ai donc passé un bon moment ; il se passe des choses mais il m'a manqué un petit quelque chose. Si le roman raconte effectivement la déchéance d'une famille importante, il n'y a pas de réelle fin à ce récit, ni de but.

     

    Lu dans le cadre du challenge # 62

    Note : 16/20

    Les neiges de l'éternel


  • Commentaires

    1
    Vendredi 12 Mai à 14:08

    Le côté "roman sans fin" me dérange un peu :)

      • Vendredi 12 Mai à 18:48

        Sur le moment, ça m'a gênée aussi, mais le personnage principal et la plume de l'auteure sont tellement bien, je ne regrette pas du tout ma lecture.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :