• Tout plutôt qu'être moi

    Tout plutôt qu'être moiTitre français : Tout plutôt qu'être moi (2016)

    Titre original : It's Kind of a Funny Story (2006)

    Auteur : Ned Vizzini (Etats-Unis)

    Traducteurs : Fanny Ladd et Christel Gaillard-Paris

    Langue : française

    Edition : Anne Carrière

    Résumé : Durant l'une des séances chez son psy, Craig Gilner apprend qu'il existe une maladie mentale appelée le syndrome d'Ondine : ceux qui en souffrent oublient de respirer ; pour ne pas mourir asphyxiés, ils doivent se répéter sans cesse "respire, respire, respire". La dépression, Graig va en faire l'expérience, c'est ce qui arrive quand on oublie de vivre.

    Mon avis : 

    Voici un livre nominé pour le prix Livraddict, dont le résumé m'intriguait beaucoup, et les critiques étaient vraiment bonnes. Malheureusement, je n'ai pas particulièrement apprécié ma lecture.

    J'ai failli l'abandonner, mais je voulais lui laisser une chance, alors j'ai fait un truc que je ne fais absolument jamais : me spoiler la fin. Je suis allée à la dernière page pour savoir si au moins ça valait le coup d'aller jusqu'au bout. Finalement, maintenant que je l'ai terminé, je peux affirmer que je n'aurais rien raté si j'avais décidé de m'arrêter. Et c'est vraiment dommage, parce que le sujet est intéressant. Donc si vous connaissez d'autres livres sur le thème de la dépression, n'hésitez pas à m'en faire part.

    Je n'ai pas trop apprécié le style de l'auteur, parce qu'il en ressort un sentiment de déprime, franchement rien que de lire, ça me déprimait, en dehors de l'histoire-même du protagoniste. De ce dernier, je n'ai rien ressenti, j'ai eu l'impression que lui-même ne ressentait rien du tout, ni joie bien sûr car il est censé être dépressif, mais également aucune émotion qu'on attendrait de la part d'une personne dépressive, aucun désespoir, comme si c'était juste une coquille vide. Du coup, je ne me suis absolument pas attachée à Craig. Moi qui suis sensible d'habitude et qui verse des torrents de larmes, là c'était total sécheresse. A part un peu de colère et presque du dégoût pour les gens qu'il appelle ses amis. Les seules personnes dignes dans ce récit, ce sont les membres de sa famille qui sont là pour lui, pour le soutenir. Et puis, les autres patients de l'hôpital m'ont un minimum intéressée en tant qu'individu. Malgré cela, même les événements au sein de l'établissement ne m'ont pas inspirée, ça m'a surtout ennuyée.

    Je dirais que le seul vrai moment intéressant, c'est la soirée avant son arrivée à l'hôpital. J'ai aussi bien aimé le concept des dessins du protagoniste. Une toute petite lueur d'espoir apparaît à la dernière page, mais bon c'est un peu tard. Autrement, ça se lit plutôt bien, je n'aurais pas lu jusqu'à la dernière page si ça m'avait demandé un effort supplémentaire.

    Je ne comprends pas trop le choix du titre original, parce que franchement ça n'a rien de drôle, et ce n'est pas vraiment un sujet sur lequel on peut faire de l'humour. Ca me surprend donc un peu, surtout de la part de l'auteur qui a fini par se suicider à cause d'une dépression.

    Ce n'est pas nul, mais c'est pas captivant non plus, loin s'en faut. Je déconseille ce roman, en particulier aux personnes déjà dépressives ou déprimées. Passez votre chemin ou expliquez-moi ce qui vous a plu dans ce récit, parce que moi, je ne vois pas.

     

    Lu dans le cadre du challenge # 59

    Note : 12/20

    Tout plutôt qu'être moi


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :