• 4 3 2 1

    4 3 2 1Titre français : 4 3 2 1 (2018)

    Titre original : 4 3 2 1 (2017)

    Auteur : Paul Auster (Etats-Unis)

    Traducteur : Gérard Meudal

    Langue : française

    Edition : Actes Sud

    Résumé : A en croire la légende familiale, le grand-père nommé Isaac Reznikoff quitta un jour à pied sa ville natale de Minsk avec cent roubles cousus dans la doublure de sa veste, passa Varsovie puis Berlin, atteignit Hambourg et s'embarqua sur l'Impératrice de Chine qui franchit l'Atlantique en essuyant plusieurs tempêtes, puis jeta l'ancre dans le port de New York au tout premier jour du XXe siècle. A Ellis Island, par une de ces bifurcations du destin chères à l'auteur, le nouvel arrivant fut rebaptisé Ferguson. Dès lors, en quatre variations biographiques qui se conjuguent, Paul Auster décline les parcours des quatre possibilités du petit-fils de l'immigrant. Quatre trajectoires pour un seul personnage, quatre répliques de Ferguson qui traversent d'un même mouvement l'histoire américaine des fifties et des sixties. Quatre contemporains de Paul Auster lui-même, dont le "maître de Brooklyn" arpente les existences avec l'irrésistible plaisir de raconter qui fait de lui l'un des plus fameux romanciers de notre temps.

    Mon avis :

    Ce livre a été présenté en tant que coup de cœur au club lecture de ma de ma médiathèque. Le lecteur a eu de bons arguments, et il en fallait pour que je me lance dans un pavé de 1000 pages.

    Dans la vie, les possibilités sont infinies. Voici Ferguson, fils d'un couple juif, petit-fils d'émigrants européens avant la guerre. L'auteur nous présente quatre versions de ce personnage.

    Je ne sais pas trop par où commencer. Il se passe tellement de choses. Ma première impression c'est que c'est tellement réaliste, tellement attachant, tellement vrai, c'est juste parfait et incroyable. Du coup, on se demande pourquoi je ne lui ai pas attribué la note maximale. Tout simplement parce que, à certains moments, le personnage prend des décisions que j'ai trouvées dommage, pour autant c'est aussi cela qui fait la grandeur de ce roman, cela lui confère une certaine authenticité. Dans chaque version, Ferguson – que l'on suit de sa naissance au début de l'âge adulte – réfléchit beaucoup, se pose de nombreuses questions, par rapport à lui-même, à la vie en général, à son avenir, aux actualités. Je n'ai pas le souvenir d'avoir effectué une telle introspection dans mon enfance ou mon adolescence, en tous cas pas aussi approfondie. Après évidemment, c'est impossible de retenir toutes les interrogations intérieures. D'un autre côté, quand j'ai lu, cela m'a paru couler de source, tout était légitime et aussi en accord avec son âge dans l'enchaînement des pensées. Et à le suivre depuis tout petit, à le voir grandir, on ne peut que s'attacher à Ferguson, quelle que soit la version. On l'accompagne dans les difficultés de la vie, on ressent ses joies, on partage ses peines. On se sent proche de lui.

    En rapport aux personnages, j'ai adoré le fait qu'on en retrouve certains dans chaque version – ou trois, ou deux. Mais le lien qui les unit est différent. Le plus important est sans conteste Amy, la révoltée, l'engagée, qui manifeste et adhère à des associations, qui souhaite donner d'elle-même pour un monde meilleur. On retrouve ses parents – qui sont toujours ses parents bien sûr, quelle que soit la version, mais dont la relation diffère, surtout celle avec son père. On retrouve aussi des événements où la situation dans laquelle se trouve Ferguson change. Bref, ces quatre versions englobent un grand nombre de possibilités qui nous laissent entrevoir tout ce que pourrait être notre vie, selon les décisions que l'on prend, selon les événements qui interfèrent.

    La narration est à la troisième personne du singulier, mais se concentre sur Ferguson. C'est vrai que c'est très intéressant, mais j'aurais aimé par moments savoir ce que ses proches – notamment ses parents – pensaient, ce qu'ils ressentaient vraiment pour leur fils, ami, cousin, neveu … Et que dire de cette plume retentissante ! C'est tellement bien écrit, et pourtant simplement. Les phrases sont souvent très longues – certaines sont allées jusqu'à occuper une demi-page – cependant je ne me suis jamais sentie perdue, on garde facilement le fil. Ce roman aborde de nombreux thèmes, notamment la guerre et l'homosexualité. Bien sûr, c'est un véritable éloge à la diversité culturelle : littérature, musique, art, cinéma. La France s'est même immiscée dans le roman. Ca parle de sport aussi, surtout le baseball et le basketball. N'étant pas une amatrice, j'avoue que les quelques passages de matchs m'ont ennuyée. La sexualité n'est pas en reste non plus : l'éveil, la découverte de soi et de l'autre, le désir, les sentiments aussi.

    Le récit se déroule des années 50 à 70. La controverse autour de la guerre du Vietnam n'échappe donc pas à la plume affûtée de l'auteur. Malgré le fait que le mécontentement du peuple soit bien représenté – notamment via Amy – j'ai eu comme l'impression que l'auteur tentait de nous partager l’événement sans jugement. Ca a l'air étrange dit comme cela, puisqu'on ressent carrément le jugement du peuple. Mais étant donné le rôle de Ferguson dans toute cette histoire, ça donne une certaine neutralité. Il s'agit de l'histoire américaine, donc j'ai appris beaucoup de choses, surtout à propos d'émeutes étudiantes. Se pose aussi, dans une moindre mesure, la question du racisme, le mélange des Noirs et des Blancs ; la religion en générale est aussi mise en avant, puisque Ferguson descend d'émigrés juifs. L'auteur analyse tout cela avec une approche différente dans chaque version.

    Ce n'est pas vraiment une lecture à suspense, mais des retournements de situations sont intégrés au récit. Pour autant la fin est surprenante. Un petit paragraphe qui nous donne un nouvel aperçu de tout ce que l'on a lu précédemment. J'ai adoré, comme tout le reste.

    C'est un livre incroyable avec un Ferguson tout aussi attachant dans chacune des versions. Cette lecture est riche et intense à tous les niveaux.

     

    Lu dans le cadre du challenge # 81

    Note : 19/20

    4 3 2 1


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :