• Barracuda

    BarracudaBarracudaBarracudaBarracudaBarracudaBarracuda

    Saga : Barracuda (2010)

    Scénariste : Jean Dufaux (Belgique) 

    Dessinateur : Jérémy (France) 

    Langue : française

    Edition : Dargaud

    Résumé : A bord du Barracuda, les hommes de Blackdog affûtent lames et grappins en vue d'un abordage juteux ! La routine pour Raffy, le fils de Blackdog, qui a déjà fait couler beaucoup de son sang pour son jeune âge. Pour Emilio et Maria, jeunes nobles espagnols, le choc est plus brutal. Vendus comme esclaves à Puerto Blanco, ils se font en outre dérober la carte qui mène au diamant du Kashar, le plus gros du monde, connu pour n'avoir jamais entraîné que mort et désolation dans son sillage ! Il en faut plus pour décourager les pirates du Barracuda, qui savent que butin rime souvent avec destin...

    Mon avis :

    Jean Dufaux est un scénariste BD que j'apprécie beaucoup et je me fais une joie de découvrir le plus possible de saga qu'il a écrites. Et c'est ainsi que je me suis retrouvée avec Barracuda entre les mains, surtout que les couvertures sont vraiment très belles.

    On le comprend bien aux couvertures, cette saga parle de pirates. Contrairement à d'habitude, cette histoire ne se déroule pas en mer, mais sur terre, plus particulièrement à Puerto Blanco, une île de pirates, mais pas que. Et – encore une fois – contrairement à ce qu'on attend de pirates, donc d'hommes sans scrupules, l'île est régie par une gouverneure, des lois doivent être respectées, quelle que soit la profession des habitants – ou des hommes de passages.

    Tout commence par l'abordage d'un bateau espagnol par le redoutable pirate Black Dog. Il enlève une dame de la bourgeoisie avec sa fille et son aide, tue l'équipage, mais laisse partir le capitaine qui a gagné sa liberté. Il entend parler du célèbre diamant Kashar. S'il vaut de l'argent, ce joyau a également une réputation de malédiction. Mais Black Dog n'est pas près à tourner le dos à autant d'argent pour une soi-disant damnation. Et il n'est pas le seul à courir après – enfin à naviguer.

    J'ai adoré les personnages. Ils se construisent au fil des tomes et ils évoluent aussi, ils grandissent et mûrissent. Raffy – le fils du pirate – coincé sur l'île crie vengeance contre Maria, laquelle jure de se venger de Ferrango, le vendeur d'esclaves. Elle y arrive d'ailleurs très bien, mais Ferrango a plus d'un tour dans son sac. Il est imprévisible car ses actes ne sont motivés que par l'argent et la passion. Quant à Emilio, il a peut-être trouvé un nouveau sens à sa vie ; en tous cas il semble bien s'accommoder de sa présence sur l'île et c'est pour moi le personnage le plus surprenant. La gouverneure aussi est intéressante. A l'instar de tout le monde sur cette île, elle n'est pas blanche comme neige. De nouveaux personnages font leur apparition à chaque nouveau tome et c'est ce qui rend la lecture très exaltante. On attend avec impatience, mais aussi appréhension de connaître leur rôle dans cette belle pagaille.

    Enfin une pagaille pour nos yeux de lecteurs uniquement, car il est certain que l'auteur maîtrise son intrigue du début à la fin. Entre rebondissements, disparitions, retrouvailles, révélations, le suspense est à son comble, le tout est vraiment addictif. Et si vous n'êtes toujours pas convaincus, j'ajoute que les illustrations et les couleurs rendent cette histoire encore plus vivante, il suffit de voir les couvertures. Et comme toute bonne intrigue sur les pirates, le récit nous offre des cicatrices et des duels à l'épée, et un trésor bien caché éventuellement. Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est que le passé finit toujours par rattraper le présent. Alors, soyons sur nos gardes !

    J'ai dévoré les six tomes en une semaine. Une bonne intrigue servie par un beau coup de crayon !

     

    Lu dans le cadre du challenge # 68

    Note : 17/20

    Barracuda


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :