• Du bout des doigts

    Du bout des doigtsTitre français : Du bout des doigts (2003)

    Titre original : Fingersmith (2002)

    Auteure : Sarah Waters (Royaume-Uni)

    Langue : anglaise

    Edition : Virago press

    Résumé : Londres, 1862. À la veille de ses dix-huit ans, Sue Trinder, l'orpheline de Lant Street, le quartier des voleurs et des receleurs, se voit proposer par un élégant, surnommé Gentleman, d'escroquer une riche héritière. Orpheline elle aussi, cette dernière est élevée dans un lugubre manoir par son oncle, collectionneur de livres d'un genre tout particulier. Enveloppée par une atmosphère saturée de mystère et de passions souterraines, Sue devra déjouer les complots les plus délicieusement cruels, afin de devenir, avec le concours de la belle demoiselle de Briar, une légende parmi les cercles interlopes de la bibliophilie érotique. Héritière moderne de Dickens, mais aussi de Sapho et des Libertins, Sarah Waters nous offre une vision clandestine de l'Angleterre victorienne, un envers du décor où les héroïnes, de mariages secrets en amours interdites, ne se conduisent jamais comme on l'attendrait. Un roman décadent et virtuose.

    Mon avis : 

    Je poursuis ma découverte de l'auteure, que j'aime de plus en plus. Je classe ce livre dans aventure, parce qu'il se passe plein de choses, on enchaîne les événements.

    Avant toute chose, je trouve que le résumé du livre n'est pas très bien, même si j'ai beaucoup aimé ce roman, je m'attendais à autre chose.

    J'ai beaucoup aimé les deux protagonistes, leur passé respectif nous sont rapidement communiqués, on ne s'attarde pas trop dessus, mais c'est suffisant pour les comprendre. Quant à Gentleman, plus on avance, plus je le déteste. Madame Sucksby est un personnage difficile à cerner, au fond on ne sait pas trop ce qui compte le plus pour elle. Et l'oncle de Maud est spécial, je dirais, surtout son comportement envers sa nièce.

    On passe notre temps entre un château, un peu en huis clos, puis le Londres des voleurs, en passant par des lieux insolites.

    La première partie est juste parfaite, le récit perd (très) légèrement de sa vivacité ensuite. Et puis, en début de deuxième partie je n'ai pas tout de suite compris qu'on changeait de narrateur. Une belle romance, toute simple qui ne s'impose pas face à l'intrigue, laquelle reste vraiment le fil conducteur du roman.

    Des complots, des retournements de situations, des rebondissements … Pour quoi ? Pour qui ? Qui croire dans ce dédale de faux-semblants ? Et d'ailleurs, comment déceler les vrais sentiments dans tous ces mensonges ? Une lecture pleine de suspense et d'angoisse, jusqu'au dernier moment, on ne sait pas comment ça va terminer.

    Au niveau de la langue anglaise, l'auteure utilise une syntaxe que je n'ai jamais vue, mais simple à comprendre malgré tout. En fait, je pense que comme l'histoire se déroule vers 1870, elle a peut-être écrit comme à cette époque.

    Voilà! Une excellente lecture, et j'ai été ravie de découvrir le style version originale de l'auteure, qui est désormais mon auteure préférée.

     

    Lu dans le cadre des challenges # 9, # 13, # 19, # 21, # 29 et # 30

    Note : 18/20

     Du bout des doigtsDu bout des doigtsDu bout des doigts

     

     

     

     

    Du bout des doigtsDu bout des doigtsDu bout des doigts


  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Mai 2015 à 08:46

    c 'est le plus vieux livre de ma PAL, il faut que l'arrive un jour à le lire :)

    2
    Mardi 26 Mai 2015 à 21:12

    J'espère t'avoir convaincue de l'en sortir prochainement, et qu'il en vaut la peine.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :