• Guinevere, la dame blanche

    Guinevere, la dame blancheTitre français : Guinevere, la dame blanche (2013)

    Auteur : Jean-Louis Fetjaine (France)

    Langue : française

    Edition : Fleuve noir

    Résumé : Lorsque Arthur épouse Guinevere de Carmelide, le royaume de Camelot semble retrouver un peu de l'éclat ancien, du temps de l'alliance entre les elfes et les hommes. Merlin met cependant le roi en garde : la beauté et l'apparente fragilité de la jeune reine cachent une nature bien plus effrayante, dont son nom véritable, Gwenwyffar, "Blanc Fantôme" est le sombre présage. Alors que des armées de monstres, qu'on croyait vaincues à jamais, se répandent de nouveau sur les terres des hommes, Camelot s'enfonce peu à peu dans la guerre, les complots et les trahisons. Entre la Dame Blanche et le mage d'Arthur, un combat s'engage pour la survie du royaume.

    Mon avis : 

    J'ai lu ce livre pour un challenge. Par ailleurs, s'il n'y avait pas eu de challenge, j'aurais abandonné ma lecture.

    Le cortège qui doit amener Guinevere à Arthur pour leur prochain mariage se fait attaquer par des créatures que plus personne n'avait vues depuis des lustres. Mais la future reine survit et sa présence à Camelot ne semble apporter que des drames.

    Les personnages ne sont pas très approfondis, tout ce que je savais d'eux, c'est ce qu'on apprend à l'école ou à travers les films. Arthur manque cruellement d'autorité, il subissait plus qu'il ne prenait les choses en main. Quant à Merlin, je n'ai pas très bien saisi son rôle dans l'histoire. Il aurait pu être absent que ça n'aurait rien changé. Morgause en veut à son frère, mais les raisons ne sont pas très claires. L'histoire des créatures n'est pas non plus très explicite.

    Au fond, le récit n'est fait que de trahisons et de ruses pour atteindre ses buts. On a l'impression au bout d'un moment que ces trahisons et actes de violences ne sont plus présents que pour le plaisir de faire du mal, sans raison apparente. Un petit suspense entoure un pouvoir que Guinevere détient, mais soit il n'est pas expliqué à la fin, soit c'était uniquement un simple pouvoir de séduction, qui n'est pas un pouvoir digne d'un roman fantastique. Le dénouement ne résout pas grand chose.

    Le style de l'auteur aurait pu être agréable, mais l'histoire m'a paru sans intérêt alors je n'ai pas pu en profiter. Bon nombre de phrases sont à rallonge, ce qui n'a fait que m'exaspérer davantage.

    Au final, seule la relation entre Guinevere et Angharad aurait pu être intéressante, mais pareil ça ne mène nulle part. Donc une grosse déception.

     

    Lu dans le cadre du challenge # 27

    Note : 10/20

    Guinevere, la dame blanche


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :