• Le faiseur de rêves, tome 2

    Le faiseur de rêves, tome 2Saga : Le faiseur de rêves 

    Tome : 2

    Titre français : La muse des cauchemars (2019)

    Titre original : Strange the Dreamer, book 2: Muse of Nightmares (2018)

    Auteure : Laini Taylor (Etats-Unis)

    Traducteur : Sarah Dali

    Langue : française

    Edition : Lumen

    Résumé : Le rêve comme seul rempart contre la violence du monde
    Il est un monde où hommes et femmes naissent avec un don précieux, dont seuls les plus puissants gagnent le droit de se servir en temps utile, mais toujours au nom de l'Empire. À respectivement seize et dix-sept ans, Nova et Kora rêvent du jour tant attendu où des envoyés à la peau bleue viendront enfin les enlever. Alors, seulement, elles pourront accomplir leur véritable destin.
    Très loin de là, à travers l'espace et le temps, dans la mythique Cité oubliée – qu'après tant d'années, Lazlo Lestrange peut désormais contempler de ses yeux –, retentit une explosion qui fait basculer son monde et celui de Sarai. Leur avenir ne tient désormais plus qu'à un fil, celui que manipule par la seule force de son esprit une enfant cruelle et meurtrie. À la fois plus puissant et plus vulnérable que jamais, le jeune homme va devoir choisir : sauver celle qu'il aime ou bien tous les habitants de la ville interdite jusqu'au dernier.
    Sans compter qu'un danger plus grave encore menace... Car l'oiseau blanc qui surveille la citadelle depuis toujours veille, et il est grand temps pour lui de passer enfin à l'action. Dieux, monstres, fantômes, mondes étranges et guerre totale, La Muse des cauchemars clôt avec maestria une série aussi poétique que haletante. Qu'on se le tienne pour dit : l'univers de Laini Taylor n'a pas fini de hanter nos rêves...

    Attention risque de spoiler si vous n'avez pas lu le tome précédent

    Mon avis :

    J'étais impatiente de découvrir cette suite étant donné la fin frustrante du premier tome, alors quand je l'ai vu à la bibliothèque dans les nouveautés, je l'ai emprunté sans réfléchir.

    Désormais sur la citadelle, Lazlo est à la merci de Minya, Sarai étant entre ses mains. Mais la petite fille (d'apparence seulement) est remplie de haine et déterminée à rendre leur monnaie de leur pièce aux habitants de Désolation et tout particulièrement au tueur de Dieux. Et si leur pire ennemie n'était pas celle qu'ils croyaient ?

    Tout d'abord, vu le dernier échange entre Lazlo et Minya dans le tome précédent, je m'attendais à une explosion de pouvoirs du côté des fantômes, à une Minya directe et impatiente, prête au combat. C'était bien mal comprendre son personnage. Oui, elle déborde de vengeance, mais elle ronge son frein car elle sait aussi qu'on n'obtient rien dans la précipitation. Elle ne lâche pas le morceau, mais agit de façon plus subtile. Le départ est donc plus lent qu'attendu, mais jamais ennuyeux. On est plus dans la réflexion, où chacun dans la citadelle se pose des questions sur les événements et comment agir par la suite. Pendant qu'en bas, à Désolation, les Tizerkanes sont sur des charbons ardents, tendus dans l'attente du prochain mouvement en provenance du ciel.

    Je ne sais pas exactement ce que j'avais imaginé. Certainement pas ce que l'auteure nous a offert, et pourtant c'était brillant. L'intrigue prend de l'ampleur et devient plus complexe. Au fil des chapitres, elle tisse une toile du passé qui se referme sur le présent et modifie le futur que tout le monde craignait. L'action est peu présente dans une bonne partie du livre, puis tout s'accélère à un point que je n'ai plus lâché le bouquin. L'ambiance est devenue très agitée et les premières révélations ne faisaient qu'épaissir le mystère, il me fallait des réponses.

    Honnêtement, Minya est le personnage le plus complexe et le plus intéressant à suivre. Avant d'entrer dans sa tête, je ne l'aimais pas, c'était la méchante de l'histoire pour moi, et je la trouvais même effrayante. Finalement, quand on découvre la personnalité profonde qui se cache derrière cette façade, j'ai ressenti beaucoup de compassion pour elle.

    Pour autant, les protagonistes sont les personnages les plus attachants. Lazlo est plein de bon sens et son imagination promet de beaux moments romantiques. Le titre attire l'attention sur Sarai et, inévitablement, son personnage évolue. Cependant, j'ai trouvé cela moins original et exaltant que dans le premier tome. La romance entre ces deux-là est toute douce et adorable. D'ailleurs, ce récit est rempli d'amour : entre amants, fraternel, de parents envers leurs enfants et vice versa ... L'auteur démontre la puissance de ce sentiment ... qui s'accompagne souvent de son opposé : la haine.

    La plume entraînante de Laini Taylor nous emmène dans un récit vibrant, de couleurs, de suspense et d'émotions, dans un décor toujours époustouflant. Un second tome qui vaut le détour.

     

    Lu dans le cadre des challenges # 99 et # 100

    Note : 18/20

    De la même saga :

    Tome 1 : Le faiseur de rêves

     Le faiseur de rêves, tome 2Le faiseur de rêves, tome 2


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :