• Les Loups de Walburg, tome 1

    Les Loups de Walburg, tome 1Saga : Les Loups de Walburg

    Tome : 1

    Titre français : Le Courroux du bottier (2020)Les Loups de Walburg, tome 1

    Auteur : George J. Ghislain (Belgique)

    Langue : française

    Edition : Juno Publishing

    Résumé : Germanie, Province de Walburg, 1360. Huit années après la fin de l’épidémie de peste.
    Arn est apprenti-bottier dans la ville fortifiée de Walburg, capitale de la Province du même nom.
    Ou plutôt, il l’était.
    Surpris en plein ébats avec Günther, il est contraint à fuir la ville en pleine tempête de neige tandis que son beau forgeron est fait prisonnier par la Garde de la Ville. La justice de la Ville, sous la houlette de Marcus, le Prince-évêque tyrannique, ne laisse planer aucun doute quant au sort réservé au forgeron. Il sera pendu, haut et court.
    La fuite d’Arn lui laisse un sentiment amer, la terreur occultant en partie l’horreur du tournant que vient de prendre sa vie. Il aurait voulu mourir avec son amant.
    À moitié gelé, en lisière de bois, après une nuit de marche forcée dans la neige épaisse, des hommes vêtus de peaux de loups le trouvent.
    Ils ne sont pas seuls. Il y a des loups à leurs côtés. Des vrais. Et eux aussi sont terrifiants.

    Je remercie les éditions Juno Publishing pour ce service presse.

    Mon avis :

    Je remarquais il y a peu la rareté des romances historiques gays, et justement Juno Publishing propose deux sorties en mai. Je n'ai pas hésité.

    Un couple d'hommes va à l'encontre des bonnes mœurs, la société doit se débarrasser de cette vermine. Arn et Günther sont pris en flagrant délit. Après une fuite effrénée, Arn est recueilli par les Loups de Walburg, des hommes recouverts de peaux de loups. L'apprenti bottier n'est pas encore sorti d'affaire qu'il pense déjà à sauver son beau forgeron. Advienne que pourra !

    Le résumé du livre relate uniquement le départ du livre, il reste très vague sur l'histoire. J'ai donc été surprise par la tournure des événements, au moins au début, le temps que l'histoire se lance vraiment. Et en même temps, c'est comme si ça coulait de source, tout s'enchaîne très bien. Certains éléments sont flagrants, d'autres surprenants et inattendus, pour le reste j'attendais, impatiente et fébrile tels les loups, de voir comment les problèmes allaient se résoudre. Tout pouvait arriver, le meilleur comme le pire (l'époque m'a surtout fait craindre le pire), ce n'était pas évident de deviner, je ne pouvais qu'espérer qu'ils s'en sortent avec le moins de bobos possible.

    De sa belle plume, l'auteur dépeint un cadre historique accessible en peu de temps, avec la situation politico-religieuse et sanitaire, qui se mêle bien à l'intrigue. Le décor est un régal pour mes yeux – avec une bonne dose d'imagination – j'ai adoré déambuler dans les ruelles du village fantôme enneigé avant les beaux jours, rejoindre la salle commune en passant par les bains de la source naturelle. Le chemin pour y arriver n'est pas de tout repos : une forêt sépare la dure réalité de Walburg de ce paradis caché. La traversée des bois marque la rencontre d'une meute de loups qui a choisi de suivre les trappeurs. Les loups ne sauraient être domestiqués, ils agissent selon leur instinct, qui reconnait en Arn l'un des leurs. L'ampleur que prend ce côté lupin est à la fois perturbant et fascinant.

    L'amour entre Arn et Günther est déjà acquis, il déclenche d'ailleurs l'histoire. Leurs sentiments sont certes forts, mais auront-ils la faculté de surmonter les blessures physiques et mentales ? Cette épreuve est également individuelle, l'esprit des personnages balance entre devoir, vengeance et raison ; quel que soit leur choix, il faudra en assumer les conséquences. Tandis que la violence physique et verbale se répand, ils puisent de la force et du réconfort dans la présence de l'autre.

    Dans ce roman, l'auteur décrit le corps masculin avec précision et profondeur, comme seul un homme peut en parler (aucun roman écrit par des femmes ne m'a donné cette impression) : la pilosité, le ressenti, le comportement en présence d'autres hommes indépendamment de leur sexualité... Il en ressort une représentation virile. Les métaphores sexuelles sont très imagées et diversifiées.

    En compagnie de leurs nouveaux amis lupins, Arn et Günther affrontent le danger et luttent pour leur vie, revendiquant le droit d'exister malgré leur différence. La beauté et la sincérité de leur amour m'ont touchée.

     

    Lu dans le cadre du challenge # 100

    Note : 17/20


  • Commentaires

    1
    Jeudi 30 Avril 2020 à 22:12
    Audrey

    Je ne connaissais pas, mais la force des sentiments entre les deux protagonistes a l'air touchante et le contexte intéressant...

      • Vendredi 1er Mai 2020 à 18:46

        Oui, c'est vraiment original. Je partais sans trop d'attentes et j'ai été agréablement surprise.

    2
    Mercredi 6 Mai 2020 à 13:42

    Un énorme coup de coeur pour moi également ! Une très belle découverte de la plume de l'auteur dont c'était le 1er roman que je lisais. Et moi aussi j'attends la suite avec impatience...

      • Mercredi 6 Mai 2020 à 16:45

        Je découvre également l'auteur avec ce roman, j'ai bien envie d'en lire d'autres, historiques en plus.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :