• La sœur

    La sœurTitre français : La sœur (2011)

    Titre original : A nővér (1946)

    Auteur : Sándor Márai (Hongrie)

    Traducteur : Catherine Fay

    Langue : française

    Edition : Albin Michel

    Résumé : En 1939, un pianiste hongrois est hospitalisé à Florence, victime d'un mal mystérieux. Pendant trois mois, en proie à de grandes souffrances, il repense à la relation passionnelle qu'il entretient avec une femme mariée, tandis qu’au dehors la guerre se déchaîne. Réflexion subtile sur l'impuissance de l'artiste, l'amour instrument de vie et de mort, mais aussi sur le don de soi et la générosité qui sauve, La Sœur, écrit au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, est le dernier livre publié par Márai en Hongrie avant son exil. Toute la réussite du texte consiste dans ce combat d'un homme d'abord arrogant et sûr de lui, qui découvre dans la douleur les moyens de se comprendre, de se transformer, et de se guérir.

    Mon avis :

    Je ne connaissais pas du tout l'auteur, j'ai choisi ce livre pour un challenge qui consiste à découvrir la Hongrie et parce que le livre était disponible à la médiathèque. Du coup, je n'ai pas vraiment pris le temps de lire le résumé, donc je ne savais pas trop à quoi m'attendre.

    En premier lieu, j'ai beaucoup aimé. Le style est captivant, ça m'a fait penser à Stefan Zweig. J'ai lu une cinquantaine de pages non stop, j'ai pas vu le temps passer, et pourtant il ne se passe quasiment rien. Donc, je dois dire que c'est bien écrit. J'ai énormément apprécié les deux premiers chapitres, qui sont assez longs mine de rien. Malheureusement, ils ne servent qu'à établir un prétexte pour le but même du livre ; les deux parties n'ont rien à voir l'une avec l'autre. C'est dommage, parce que ça me semblait bien plus intéressant. Disons surtout que finalement, je n'ai pas saisi tout ce qu'il y avait à comprendre dans la seconde partie, donc évidemment c'est tout de suite moins prenant. Et puis l'action est complètement absente, il s'agit surtout ici de réflexions sur la vie, la mort, la maladie, notre place dans le monde.

    L'espace d'un instant, je me suis demandé si ce n'était pas autobiographique, parce que la narration est à la première personne du singulier, et que le personnage qui parle est en plus écrivain. Mais la suite invalide cette supposition. La question du titre se pose, et il met du temps à prendre son sens. C'est un des éléments que je n'ai pas saisi dans son ensemble : la relation entre le pianiste et cette fameuse sœur. J'ai trouvé aussi étrange, le lien entre le pianiste, Madame E. et son mari, ça manque un peu d'explication, mais bon je pense qu'on est censé interpréter selon notre point de vue extérieur de lecteur.

    Le style m'a bien plu, mais l'histoire moins, à lire pour la plume de l'auteur.

     

    Lu dans le cadre des challenges # 7, # 21, # 55# 57 et # 66

    Note : 14/20

    La sœurLa sœur

     

     

     

     

     

    La sœurLa sœurLa sœur


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :