• La petite marchande de prose

    La petite marchande de proseSaga : Les Malaussène

    Tome : 3

    Titre français : La petite marchande de prose (1989)

    Auteur : Daniel Pennac (France)

    Langue : française

    Edition : Folio

    Résumé : "L'amour, Malaussène, je vous propose l'amour !" L'amour ? J'ai Julie, j'ai Louna, j'ai Thérèse, j'ai Clara, Verdun, Le Petit et Jérémy. J'ai Julius et j'ai Belleville ...
    Entendons nous bien, mon petit, je ne vous propose pas la botte ; c'est l'amour avec un grand A que je vous offre : tout l'amour du monde !"
    Transformé en objet d'adoration universelle par la reine Zabo, éditeur de génie, Benjamin Malaussène va payer au prix fort toutes les passions déchaînées par la parution d'un best-seller dont il est censé être l'auteur.
    Vol de manuscrit, vengeance, passion de l'écriture, frénésie des lecteurs, ébullition éditoriale, délires publicitaires, La petite marchande de prose est un feu d'artifice tiré à la gloire du roman. De tous les romans.

    Mon avis :

    J'enchaîne avec cette suite sans tarder. Au moins comme cela, je me souviens du tome précédent.

    Pour sa famille, Benjamin va accepter un nouveau rôle qui risque de lui coûter cher. Mais quand il s'agit de ses frères et sœurs qu'il a élevés, il est prêt à tout.

    Je suis super bien calée avec le style maintenant et comme j'enchaîne avec le tome précédent, je suis dans le rythme et c'est génial, on apprécie encore plus sa plume et ses métaphores. Niveau intrigue, on garde le niveau, tout s'imbrique correctement au bout du compte, mais je me suis laissée légèrement moins emporter que précédemment. A noter que ce tome est complètement dédié à la littérature, comme dit dans le résumé. Ca part de l'écriture, jusqu'au lecteur en passant par l'édition et quelques magouilles au passage.

    Cette famille Malaussène est pleine de surprises, mais elle n'a aussi pas beaucoup de chance. Il ne leur arrive que des malheurs, même si à la fin tout est bien qui finit bien. Pour en arriver là cependant, cette fois on surpasse le domaine du réaliste, mais ça ne fait rien, Thérèse a toujours raison et rien ne saurait démentir ses prédictions. J'adore Mo et Simon, leurs interventions me font rire généralement. On découvre aussi la reine Zabo au-delà de son apparence.

    Julie met en cause un élément important : l'identité. Benjamin endosse des responsabilités qui ne sont pas les siennes, se fait engueuler à longueur de journée mais au final qui est-il ? Et bien je crois que le simple fait de cette activité et les conséquences qu'il en subit nous fait comprendre qui il est : justement il est dévouée à sa famille car prêt à jouer les boucs émissaires.

    Encore une intrigue bien ficelée ! Et une famille dingue, mais attachante qui ne s'arrête pas de s'agrandir.

     

    Note : 15/20

    De la même saga :

    Tome 1 : Au bonheur des ogres

    Tome 2 : La fée carabine

    Tome 4 : Monsieur Malaussène

    Tome 5 : Des chrétiens et des Maures


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :