• Alex Rider, tome 8

    Alex Rider, tome 8Saga : Alex Rider

    Tome : 8

    Titre français : Les larmes du crocodile (2010)

    Titre original : Alex Rider, book 8: Crocodile Tears (2010)

    Auteur : Anthony Horowitz (Royaume-Uni)

    Edition : Le livre de poche

    Résumé : Travaillant de nouveau pour le MI6, Alex Rider enquête sur un laboratoire qui cultive des plantes génétiquement modifiées. Il découvre les manipulations de Desmond Mc Cain, gérant d’œuvres caritatives le jour, et apprenti sorcier la nuit. Alex est enlevé et emmené en Afrique, alors que lui seul peut sauver des millions de vies...

     

    Mon avis : 

    Mes souvenirs de ce tome étaient plutôt précis, bien que certaines éléments m'aient échappé, du coup la surprise était au rendez-vous.

    Alex est de retour sur le chemin des écoliers et se faisait une joie de n'être préoccupé que par ses devoirs. Mais sa route va croiser celle du révérend Desmond McCain, ancien détenu et repenti, qui rachète ses fautes en aidant son prochain, victime de catastrophes climatiques ou industrielles. Mais voilà qu'à peine quelques heures après leur rencontre, sa vie reprend un mauvais tournant.

    Un tome après l'autre, nous voilà déjà au huitième volume ; on avance mine de rien. Alex a énormément évolué en tant qu'adolescent, en tant qu'espion, dans sa façon de se comporter et de réagir, de fouiller, de se défendre ou de sauver l'humanité. Le personnage s'étoffe un peu plus à chaque histoire, sur le plan personnel, mais aussi sur sa famille et ses origines inconnues qu'il redécouvre.

    Alex prend conscience petit à petit que même si ce n'est pas la vie qu'il s'est choisie, elle lui colle à la peau, lui correspond. Il ne peut pas s'empêcher de fouiner, il ne peut pas attendre les bras croisés étant conscient de la menace, alors il cherche les réponses par lui-même. Et heureusement, parce que s'il fallait attendre une décision sensée des rouages politiques, ce serait la catastrophe. Par cet aspect, l'auteur critique son pays et les politiciens de manière générale. Dans cette approche, j'avoue que pour une fois Alan Blunt m'a plu. Le Premier ministre et ses assistants se croient tellement au-dessus de tout, qu'ils ne se remettent pas en question, ne croient que ce qu'ils voient.

    L'intrigue est encore monumentale, bourrée d'action et de mystères. Les risques encourus sont bien plus élevés que la mission d'observation le laissait supposer. Les événements mènent Alex bien malgré lui en terre africaine où ils côtoie la faune sauvage et des guerriers indigènes patibulaires. Face à ses ennemis sadiques, un allié ne sera pas de trop pour s'en sortir et inverser la tendance avant qu'il ne soit trop tard. Mais Alex a l'habitude de travailler seul et n'entend pas rester en arrière sur la simple base de son jeune âge.

    Encore une aventure de haute voltige où Alex commence à reconnaître qu'il prend goût à l'adrénaline !

     

    Lu dans le cadre des challenges # 26 et # 130

    17/20

    De la même saga : 

    Tome 1 : Stormbreaker

    Tome 2 : Pointe blanche

    Tome 3 : Skeleton key

    Tome 4 : Jeu de tueur

    Tome 5 : Scorpia

    Tome 6 : Arkange

    Tome 7 : Snakehead

    Tome 9 : Le réveil de Scorpia

    Tome 10 : Roulette russe

    Tome 11 : Never say die

    Alex Rider, tome 8Alex Rider, tome 8


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :